La restauration d’une moto classique consiste souvent à repeindre le châssis ou les panneaux. Mais les propriétaires souhaitent souvent aller plus loin en ce qui concerne l’apparence de la moto et de l’équipement de conduite.

Personnaliser l’équipement en peignant les casques ou en ajoutant des clous à un blouson en cuir, par exemple, est une activité que les motards pratiquent depuis toujours. Ces deux exemples nécessitent des compétences et de la patience. La bonne nouvelle est que les mécaniciens amateurs ayant accès à un équipement de peinture de base (c’est-à-dire un pistolet à peinture, un pinceau à air et une ponceuse/polisseuse d’angle) peuvent transformer un casque standard en une unité personnalisée.

Les nouveaux casques sont proposés dans une grande variété de styles et de finitions de peinture, ainsi que de prix. Mais un casque blanc ou noir uni sera moins cher et constituera un bon point de départ pour un travail de peinture personnalisé. Toutefois, il est très important de vérifier auprès du fabricant du casque et du fournisseur de peinture que les produits chimiques que vous comptez utiliser sont compatibles avec le matériau de base du casque.

1. Préparation

Le processus commence par la préparation de la zone de travail et la mise à disposition des outils appropriés. La zone de travail doit être propre, sèche et sans poussière. Le fait de monter le casque à une hauteur appropriée sur un établi avec une tête de mannequin facilitera le travail. En option, une petite cabine de peinture gonflable peut être utilisée.

Les casques intégraux doivent avoir leur visière retirée, ainsi que toute attache en plastique.

La première partie de la procédure consiste à dégraisser le casque avec une solution douce de certains détergents ménagers généraux ou de liquide vaisselle. Cette opération doit être suivie de l’utilisation d’un produit exclusif pour le nettoyage des cires et des graisses. L’artiste qui a peint le casque présenté ici utilise de l’acétone, mais il s’agit d’un produit chimique dangereux qui ne doit être utilisé que par des peintres connaissant les exigences de sécurité.

Comme les mains et les doigts humains transportent des dépôts graisseux, il est important de porter des gants jetables, comme des gants en latex, lors de la manipulation du casque.

Après le dégraissage, la finition de la surface doit être poncée à l’aide d’un papier de verre humide fin (qualité 400) afin d’éliminer le lustre et de donner à la nouvelle peinture de base une surface appropriée pour adhérer. Lorsque toute la surface du casque a été poncée jusqu’à obtenir un aspect mat et plat, elle doit être nettoyée à l’aide d’un chiffon humide. Après séchage, la surface doit être essuyée à l’aide d’un chiffon adhésif pour éliminer les petites particules de poussière.

2. Masquage du dessin

Le casque et tous les accessoires restants doivent maintenant être masqués. L’idéal est d’utiliser un papier de bonne qualité, sans impression, ainsi que du ruban adhésif vinyle de ⅛” de large (le ruban étroit permet de contourner plus facilement les coins ou les formes difficiles).

La ou les premières couches de peinture (la couche de base) peuvent maintenant être appliquées ; il est toutefois très important de laisser sécher la peinture avant d’appliquer une autre couche pour éviter les coulures.

Une fois que la couche de base a séché, le motif peut être appliqué. Là encore, il est important d’éviter tout contact de la peau avec la surface pour éviter les taches de graisse. Le soin apporté à l’application du ruban de masquage pour assurer la symétrie, par exemple, sera payant sur le casque fini.

3. Peindre des couleurs différentes

Dans cet exemple, pour séparer les différentes couleurs, seules les zones où la peinture devait être appliquée ont été laissées exposées, tandis que les zones qui recevront une couleur différente ont été masquées. Après avoir laissé un temps suffisant pour le séchage, la zone nouvellement colorée est masquée et une couleur différente est appliquée sur la zone nouvellement exposée. Ce processus est répété jusqu’à ce que toutes les couleurs aient été appliquées.

4. Vernis transparent

Le retrait du ruban de masquage ne peut être entrepris que lorsque les différentes couleurs ont complètement séché et doit être effectué lentement pour éviter que la peinture ne soit soulevée pendant le décollement. Un chiffon adhésif doit être utilisé à nouveau pour enlever les particules de poussière coincées sous le ruban.

La dernière couche à appliquer est une couche transparente à base d’uréthane (il est très important d’utiliser un masque de protection respiratoire pendant ce processus). Plus on applique de couches, plus la profondeur de la peinture sera apparente. En général, quatre couches de vernis sont suffisantes.

Après le séchage des couches transparentes (généralement 12 à 24 heures), toute la surface doit être poncée à l’eau pour éliminer les particules de poussière et les petites imperfections avec un papier de qualité 1500 à 2000. Enfin, toute la surface doit être polie (surtout autour des zones poncées) avec un produit de polissage approprié.

5. Réassemblage

Lorsque la couche transparente finale a séché et qu’elle a été polie une dernière fois, les différents accessoires peuvent être remis sur le casque.

Bien que le processus de peinture personnalisée demande beaucoup de travail, le produit fini est quelque chose dont le propriétaire sera fier et qui fera l’admiration de beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Offre de bienvenue : ça vous dit un Code exclusif de -10% ?
Nous vous l'envoyons instantanément par mail !
    RECEVOIR MON CODE